De l’identité urbaine : le Paris de Balzac

Helle H. Waahlberg

Abstract



Le présent article se propose de réfléchir sur trois aspects de l’identité urbaine par l’étude de l’exemple concret de la mise en scène de Paris dans le roman balzacien. Il s’agira premièrement d’interroger la place de la littérature dans l’identité d’une ville en considérant un échantillon d’ouvrages ayant trait à l’histoire de Paris et son discours pour y identifier la place occupée par Balzac. Le texte balzacien, tableau de moeurs par excellence, apparaît comme constitutif de la ville de Paris dans ses aspects moraux. Afin d’identifier la particularité de ces moeurs urbaines, le rapport entre l’homme et la ville et les rapports interhumains résultant des contraintes caractérisant la vie dans la grande ville, nous proposerons une lecture croisée de La grande ville et la vie de l’esprit (1903) de Simmel, et de l’incipit de La Fille aux yeux d’or de Balzac. Enfin, le troisième aspect de l’identité urbaine chez Balzac concerne plus directement le texte. Dans la prolongation des deux premiers axes de réflexion, « l’effet ville » dans le texte apparaît comme une affaire de reconnaissance, de coïncidence avec d’autres textes, bref d’un rapport d’identité dans le sens d’équivalence. Le défi à relever sera donc de donner un sens à cette équivalence en voyant dans le Paris de Balzac le pari de rendre compte d’une ville éclatée par une oeuvre-monde total(isant)e.

Full Text:

PDF

Refbacks

  • There are currently no refbacks.